Cuisine

Garlic bread

20170511_120122.jpg

Hello !

En Angleterre, étudiante et sans le sous, je faisais passer mes soupes avec des tonnes de Garlic Bread. A l’apéro, c’était pas mal non plus. Au pub, c’était top. Bref, si je devais retenir un détail culinaire de mon séjour (séjour Erasmus, donc je n’ai jamais eu la chance – malheureusement- qu’un ou ou une anglaise me fasse à manger), c’est le garlic bread. J’en avais d’ailleurs fait voyager en car, des heures de voyages pour un truc supposé rester au frigo.

Je me suis enfin décidée à en refaire à la maison. Rien de plus simple, 125 gr de beurre ramolli, 3-4-5 gousses d’ail écrasées au presse-ail, du persil, sel, on mélange bien et on étale sur une baguette ou un petit pain de campagne pour changer. Au four (grill) pendant (5-10 min à 180°). C’est toujours aussi bon ! Et ça coûte beaucoup moins cher que le Préfou qu’on peut acheter au supermarché. (Il est servi ici avec un petit velouté d’asperges blanches maison).

20170511_11535020170511_11550120170511_12014020170511_120132

Blabla

Offrir un cadeau à un enfant… l’angoisse

20170510_091126

A Noël dernier, on a vécu notre première vraie honte de parents. Axel ouvrait ses cadeaux de Noël, sous les yeux de la famille, quand au moment où il découvrait le premier cadeau, il sort l’air déçu (peut-être même un peu fâché) : « Mais c’est pas ce que je voulais. » Et il passe au cadeau suivant sans s’attarder sur le premier.

Il faut savoir que chez nous, il n’y a pas de liste au Père Noël. Mais on aiguille bien volontiers les membres de la famille qui voudraient une idée pour nos bambins. De notre côté, on sait toujours à peu près ce qui leur ferait plaisir à tel moment, et puis on se parle, c’est mieux qu’une liste.

Ce week-end, nous avons fait un passage de 24 h à Paris et comme nous avons eu le temps de nous promener un peu autour du Sacré Cœur, on s’est dit qu’on leur ramènerait volontiers un petit quelque chose. Notre choix s’est porté sur deux sets de table estampillés Paris, rien de fou. Lorsqu’Axel découvre le sien, quelle est sa réaction ? « Oh, c’est ce que je voulais ! C’est vraiment trop beau ! » Sans doute en a-t-il fait un peu trop, mais ça rééquilibre largement l’épisode de Noël. Espérons que ça dure… en tout cas, faisons en sorte que ce soit le cas.

20170510_091147

Balade

Musée Miniature et Cinéma

20170422_112414

Je vous le disais il y a quelques jours, je suis allée faire un tour à Lyon le dernier week-end des vacances. J’y retrouvais my very good friend JD qui avait eu l’occasion de bien repérer les lieux puisqu’il y séjournait depuis quelques mois. Il m’avait parlé de ce musée et m’avait dit que c’était le genre d’endroit qui devait me plaire, j’ai donc suivi son conseil et nous y sommes allés (à nouveau pour lui). Voilà ce qui est dit sur ce musée sur la page d’accueil du site :

Fondé par le miniaturiste Dan Ohlmann, le Musée Miniature et Cinéma présente en exclusivité à Lyon deux collections rares et insolites :

D’une part celle des scènes en miniature d’artistes miniaturistes internationaux soit 100 reproductions hyperréalistes de nos espaces de vie quotidienne.
D’autre part une exposition unique en Europe permettant de tout comprendre sur les techniques des effets spéciaux du cinéma. Ce parcours pédagogique illustré par plus de 400 objets originaux de tournages révèle la magie des plus grands studios de cinéma actuels.

C’était tout simplement génial. J’avais un peu peur que ce soit ringard, pas moderne du tout et je me suis royalement trompée. On y trouve des objets des films les plus populaires que ma génération connaisse : Retour vers le futur, Jurassic Park, Aliens, Mme Doubtfire pour ne citer que ceux-là. Il y a pas mal d’objets provenant de films d’horreur (mais de films d’horreur relativement populaires). C’est d’ailleurs assez drôle de voir l’Hoverboard ou la reine des Aliens sous des plafonds aux poutres apparentes. Et puis j’ai été époustouflée par les miniatures et le travail de précision qu’elles représentent. Si vous êtes à Lyon, c’est un passage obligé. (La plupart des photos sont prises devant une vitre, d’où les reflets)

20170422_10440320170422_10514820170422_10595120170422_11001820170422_11071220170422_11032920170422_10552020170422_11240220170422_11103320170422_11123920170422_11272920170422_11242420170422_11121220170422_112431

Cuisine

Tequila !

Hier, aux Etats-Unis et au Mexique, c’était la fête de Cinco de Mayo qui commémore la victoire de l’armée mexicaine sur les français à la bataille de Puebla (1862). Cela fait plusieurs années que j’en entends parler via les blogs américains que je visite et je me suis enfin décidée à aller voir le rapport que ça pouvait bien avoir avec les USA… et il n’y en a visiblement pas. Mais cette fête commémorative est devenue aux US une façon de célébrer la culture américano-mexicaine. Tous les prétextes sont bons pour faire la fête, Dieu qu’ils ont raison ! Alors, soyons beaux joueurs aussi et allons jusqu’au bout du cliché avec un petit cocktail à la tequila ! Avec des fraises !

(1 dose de tequila, 3 à 4 doses de limonade, une grosse poignée de fraises passées au blender, 1/2 citron vert ! Enjoy !)

20170505_153731.jpg20170505_153751

Cuisine

ZE cookies

20170503_085329

Cette fois, ça y est, je l’ai trouvée et je ne suis pas prête d’en changer : LA recette des meilleurs cookies faits maison que j’ai pu manger. Pour moi, un bon cookie, c’est un gâteau qui fait bien la paume de la main, pas trop épais, mais pas trop fin non plus. Un gâteau crunchy (qui « croque » un peu, mais pas trop) sur le dessus et chewy (tendre) à l’intérieur. J’ai bêtement trouvée la recette dans un bouquin de recettes de cookies que j’avais depuis mille ans. Au-delà de la recette, la cuisson est importante. Tout dépend du four, j’imagine, en tout cas, je n’ai pas pu suivre la température et le temps de cuisson qui étaient conseillés.  La recette préconisait d’ailleurs de faire un essai sur un cookie. Bon, c’est la 1re fournée toute entière qui a servi de test, mais les deux autres ont bien fonctionnées.

Pour environ 36 cookies

  • 375 gr de sucre de canne roux
  • 250 gr de beurre
  • 1 oeuf
  • 375 gr de farine
  • 1 càc d’extrait de vanille
  • 1 petite pincée de sel
  • 1/2 sachet de levure
  • un sachet de pépites de chocolat

Préchauffer le four à 180°. Mélanger le sucre et le beurre ramolli (j’aurais rêvé avoir un robot mélangeur). Ajouter l’œuf et l’extrait de vanille. A part, mélanger les ingrédients secs restant : farine, sel, levure, pépites de chocolat. Les incorporer à la préparation en 3-4 fois. Quand la préparation est homogène, faire des boules de pâte. Les poser sur une plaque sur du papier sulfurisé et les écraser un peu. Faire chauffer environ 10 minutes.

C’est le temps de cuisson qu’il m’a fallu pour qu’ils aient la consistance parfaite, ne pas hésiter à faire un essai. Sous cloche, ce sont les cookies de la 1re fournée, qui ont cuit trop longtemps (avec un four par assez chaud) et qui se sont ratatinés, ce qui n’enlève rien au goût. C’est la consistance qui pêche.

 20170502_15360120170502_15375120170503_085413