Uncategorized

L’autre culpabilité

J’évoquais la culpabilité l’autre jour. Celle que l’on s’inflige toute seule quand on est maman.

Mais il y a l’autre, celle qu’on vous balance en pleine poire, celle que les autres vous font ressentir et ce même avant la conception de votre enfant.

Ça a commencé avec la simple idée d’avoir un bébé. Une de mes amies m’a fait remarquer que je devrais peut-être arrêter de fumer un an avant de faire quoi que ce soit, histoire que mon corps se débarrasse de toute saloperie. Elle n’avait sûrement pas tort, mais ce n’était assurément pas son problème.

Puis quand je suis tombée enceinte et que j’ai tout fait pour que ça se passe bien… Je n’étais pas immunisée contre la toxoplasmose, donc j’ai éliminé tous les aliments qui n’étaient pas conseillés. J’ai également éliminé les œufs crus, enfin tous les trucs qui ne sont pas recommandés, de manière générale. Excès de zèle ou pas, c’était mon choix et je n’ai en rien imposé quoi que ce soit à qui que ce soit. Mais on m’a souvent fait remarquer qu’avant on ne faisait pas autant de « chichis ».

Puis à la naissance de Petit A. J’ai entendu des : « Il fait froid chez toi, tu devrais plus le couvrir. », « Tu devrais peut-être le laisser dans son transat et ne pas le porter tout le temps. » (cette phrase, je l’ai entendu, Petite A avait 5 jours, je pense que j’avais le droit de le porter tant que je le voulais) « Tu ne te laves pas les mains avant de le changer ? » (phrase entendue à la mat’, dans un espace ultra aseptisé, devant 6 personnes.) « A mon époque, on n’était pas suivis par des sage-femmes à la naissance, les choses ont bien changé. » (Ça aurait pu être positif, mais non, ça ne l’était pas.)

Plus récemment, cette maman à l’aire de jeux au parc à qui je demandais si son fils allait aussi à la crèche : « Non, c’est moi qui l’élève. » Parce que pas moi ? Ou une maman à qui je disais que Petit A se réveillait tous les matins à 6h depuis qu’il fait ses nuits : « Ah, nous ils ont compris qu’on ne se levait pas avant 8 h ». Là, t’as juste envie de hurler « connasse » !

Enfin, j’en passe et des meilleurs. Toutes ces petites réflexions assassines qui ne sont pas dites pour blesser mais qui vous font vous sentir une sous-merde l’espace d’un instant. Parce que vous avez déjà l’impression de tout faire de travers quand vous êtes maman, vous n’avez pas besoin qu’on vous le rappelle.

Et puis au final, on prend le parti de s’en moquer, de devenir hermétique à tout ça. De se faire sa propre idée sur l’éducation, sur son rôle, sur sa vie avec son enfant. De prendre les bons conseils (parce qu’il y en a, évidemment) et de les arranger à sa sauce. Et surtout, SURTOUT, de ne pas reproduire avec d’autres ce qui vous a tant agacé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s