Blabla

Un article sans titre

20170202_121141

J’ai trop longtemps été dans l’expectative, à me dire que les choses seraient mieux plus tard, professionnellement, financièrement, personnellement aussi et que ces aspects de ma vie me rendraient plus heureuse dans le futur. Je ne dis pas que beaucoup de choses ont changé. J’ai fait de la procrastination une discipline olympique. Pour une auto-entrepreneuse, je n’entreprends pas grand chose. Je suis du genre à me reposer sur mes lauriers, mais au moins j’ai décidé de ne pas attendre pour être heureuse et profiter de l’instant.  (Non, non, je ne balancerai pas un carpe diem).

Même si certains jours il est plus difficile de trouver des raisons d’être heureux, globalement, je m’en tire bien. Et surtout, je me sens plus ancrée dans le présent que dans l’attente d’un futur imaginaire qui se voudrait rassurant !

Je ne sais pas si c’est lié au fait d’avoir des enfants. De vouloir profiter de chaque jour de leur vie et de les voir grandir sans me dire « oh, ça va trop vite. » Même si aujourd’hui, le grand est particulièrement fatigant dans son opposition avec nous, je n’ai pas envie de me dire « ça va lui passer, il va grandir », non, c’est nul, j’ai envie de profiter de lui, même si ça me demande un peu plus de force.

Et Dieu sait qu’en ce moment, je me bats avec moi-même pour ne pas dire « vivement que… ». Depuis le début de l’année Grand A. et Mlle R. enchaînent les vacheries hivernales. En gros, une semaine sur deux, je reste cloîtrée à la maison avec l’un d’eux, la secrétaire de la pédiatre commence à reconnaître ma voix au téléphone puisque j’appelle une à deux fois par semaine. Depuis début janvier, ils alternent leur temps de convalescence à la maison et là, paf, les deux en même temps, dont un avec un rhume de hanche qui doit éviter de trop bouger… Donc, depuis 1 mois 1/2, je travaille peu ou pas. Je refuse même du boulot (ça ne m’était jamais arrivée, en tout cas pas en période de vache maigre). Je suis jalouse de voir M. I partir le matin… et je me dis qu’il va être chouette le compte en banque pendant les 2 prochains mois.

Bon trop de détails là. Bref, j’ai besoin de râler, ça passe mieux quand je râle. J’aime mes enfants et j’aime mon travail et la solitude qui va avec et je déteste être obligée de choisir, je veux pouvoir faire les deux. Je n’ai pas vocation à être mère au foyer, même si financièrement, ça aurait sans doute été la solution logique. I want it all !

Tout ce billet décousu pour dire : « Je suis heureuse aujourd’hui, mais je le serai sans doute plus demain, et une fois n’est pas coutume vivement le printemps. » 😉

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s