Beauté·Blabla

CLEAN BEAUTY – l’appli pour décrypter les ingrédients de ses cosmétiques

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Hi there ! Je vous partage une appli qui va me changer la vie et sans doute un peu me la compliquer aussi, vous allez comprendre pourquoi !

J’ai découvert cette appli aux infos, dans un sujet sur les cosmétiques à éviter d’après l’UFC Que Choisir. Il y a déjà plusieurs mois de ça, ils avaient fait une liste des 400 produits cosmétiques à bannir de sa salle de bain, et aujourd’hui, la liste s’est allongée, elle en contient 1000… tu m’étonnes. Et puis ils ont parlé de l’appli Clear Beauty que je me suis empressée de télécharger (gratuitement) et c’est vachement bien.

Une fois l’appli installée sur son smartphone, on prend en photo la liste des ingrédients d’un produit, on clique sur le bouton « analyser » et là, l’appli vous balance en pleine face toutes les vacheries que contient le-dit produit. C’est génial. Je vous le conseille, vous allez pleurer !

Je suis ravie de l’appli, dégoûtée de ce que j’ai dans ma salle de bain et croyez-moi, je fais attention, mais certains composants sont passés entre les mailles du filet. Je vous mets le lien pour la télécharger, ICI. Ça marche aussi avec la liste des ingrédients qu’on trouve sur le net.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Blabla

Offrir un cadeau à un enfant… l’angoisse

20170510_091126

A Noël dernier, on a vécu notre première vraie honte de parents. Axel ouvrait ses cadeaux de Noël, sous les yeux de la famille, quand au moment où il découvrait le premier cadeau, il sort l’air déçu (peut-être même un peu fâché) : « Mais c’est pas ce que je voulais. » Et il passe au cadeau suivant sans s’attarder sur le premier.

Il faut savoir que chez nous, il n’y a pas de liste au Père Noël. Mais on aiguille bien volontiers les membres de la famille qui voudraient une idée pour nos bambins. De notre côté, on sait toujours à peu près ce qui leur ferait plaisir à tel moment, et puis on se parle, c’est mieux qu’une liste.

Ce week-end, nous avons fait un passage de 24 h à Paris et comme nous avons eu le temps de nous promener un peu autour du Sacré Cœur, on s’est dit qu’on leur ramènerait volontiers un petit quelque chose. Notre choix s’est porté sur deux sets de table estampillés Paris, rien de fou. Lorsqu’Axel découvre le sien, quelle est sa réaction ? « Oh, c’est ce que je voulais ! C’est vraiment trop beau ! » Sans doute en a-t-il fait un peu trop, mais ça rééquilibre largement l’épisode de Noël. Espérons que ça dure… en tout cas, faisons en sorte que ce soit le cas.

20170510_091147

Blabla·Screen

1990, 2007, 2013, 2016

Alors depuis que je me suis lancé le défi de regarder tous les films ayant reçu l’oscar du meilleur film depuis mon année de naissance (1980), voilà où j’en suis :

Miss Daisy et son chauffeur (meilleur film 1990)

À la fin des années 1940, miss Daisy, une vieille dame juive vivant à Atlanta en Géorgie, institutrice à la retraite, se retrouve dans l’incapacité de conduire sans endommager sa voiture.

Son fils, Boolie, patron d’une filature de coton, décide d’embaucher un chauffeur pour sa mère. Hoke, un homme noir chrétien d’une cinquantaine d’années, doux et sympathique, postule pour le poste et l’obtient. Néanmoins, Boolie prévient Hoke qu’il restera sous son autorité afin de lui éviter d’être congédié pour une raison même futile par sa mère, une femme au caractère acariâtre. Au fil du temps, le chauffeur parvient à apprivoiser sa patronne, et c’est ainsi que va se tisser une amitié qui durera 25 ans.

Lorsque miss Daisy devient sénile, elle est placée dans une maison de retraite. Hoke lui rend visite de temps en temps.

Je ne suis pas très douée pour faire une critique de film, donc je ne m’étendrais pas trop, mais disons que je n’ai pas bien compris l’intérêt de ce film. Peut-être les acteurs sont-ils formidables (malheureusement je l’ai vu en VF, ce qui a sans doute faussé la donne), l’histoire aussi, mais moi, ça ne m’a pas touchée. Voire, je ne comprends pas qu’il ait gagné contre Le Cercle des poètes disparus. C’était malheureusement très plat, mais je n’ai pas l’impression pour autant d’avoir perdu 1h40 de ma vie.

No Country for old men (meilleur film 2007)

Texas, 1980. Alors qu’il chasse près de la frontière du Mexique, Llewelyn Moss (Josh Brolin) découvre par hasard les cadavres d’une bande de trafiquants de drogue et une mallette contenant deux millions de dollars dont il s’empare. Il se retrouve poursuivi par Anton Chigurh (Javier Bardem), un tueur à gages psychopathe engagé initialement pour récupérer l’argent, et le shérif Bell (Tommy Lee Jones), un homme vieillissant et désabusé…

Ou comme l’ont intitulé les canadiens Non, ce pays n’est pas pour le vieil homme (avec l’accent, siou plaît). Je l’ai vu il y a un mois environ et bien que j’ai le souvenir d’avoir aimé, je ne me souviens pas de grand chose de plus… Mis à part que c’était globalement froid comme film. En tout cas, même s’il est vague, le souvenir n’est pas désagréable.

Argo (meilleur film 2013)

En 1979, un responsable de la CIA charge un agent de libérer des diplomates américains réfugiés à l’ambassade du Canada à Téhéran, Iran, à la suite de la prise de l’ambassade américaine dans ce pays (cf. « crise iranienne des otages »). Il monte de toutes pièces un projet de film, faisant passer les diplomates pour les membres d’une équipe de tournage venue faire des repérages pour un film de science-fiction intitulé Argo.

Voilà un film que j’ai regretté de ne pas avoir vu plus tôt. Le sujet ne m’emballait pas à la base. J’avais peur que ce soit un film trop politique ou qui parle trop de guerre, ou des problèmes au Moyen-Orient. Et au final, je m’étais trompée. C’était prenant, passionnant, j’ai eu mal au bide jusqu’au dernier moment.

Spotlight (meilleur film 2016)

En 2001, le Boston Globe voit ses chiffres de vente chuter légèrement. Le nouveau rédacteur en chef, Marty Baron, décide de relancer le journal avec une affaire d’envergure : plusieurs prêtres dans leur ville ont été accusés d’avoir abusé sexuellement d’enfants et s’en sont tirés sans qu’il y ait de poursuites. Baron charge l’équipe Spotlight – une équipe spécialisée dans le journalisme d’investigation – d’enquêter sur ces prêtres et de prouver non seulement leur culpabilité mais aussi que leur supérieur, le cardinal Bernard Law, et les plus hautes instances de l’Église catholique étaient au courant et ont étouffé l’affaire à chaque fois par la corruption ou les menaces.

Grâce à l’aide éclairée de Mitchell Garabedian, un avocat qui a essayé plusieurs fois de révéler la vérité sur l’Église, l’équipe Spotlight, dirigée par Walter Robinson, va enquêter pendant des mois sur l’affaire et découvrir que non seulement l’Église a étouffé chacune de ces affaires en utilisant les services d’avocats véreux qui ont négocié de grosses indemnités avec les parents des enfants abusés, mais surtout que les prêtres pédophiles s’avèrent beaucoup plus nombreux qu’on ne le pensait. Au fur et à mesure que leur enquête va progresser, l’Église va faire de plus en plus pression sur eux et leur mettre des bâtons dans les roues en intimidant les témoins et en les dissuadant de parler.

J’ai arrêté avant la fin tellement je me suis ennuyée. Désolée, mais vraiment ! Heureusement que j’aime les acteurs qui jouent dedans, mais j’ai trouvé que le sujet était traité d’une façon particulièrement lourde. J’ai été super déçue. En fait, à part les acteurs, il n’y a rien… pas d’émotion, c’est plat, mou, j’ai attendu quelque chose qui ne se passait pas. Je n’y ai vraiment pas trouvé mon compte. Et vous ? D’ailleurs, j’ai largement préféré The Revenant, l’un des films contre lequel Spotlight était en compétition.

Blabla

Avril en vrac

20170430_145856

Hi there ! Long time no speak !

Le mois d’avril est passé comme une flèche avec 15 jours de vacances bien agréables pour le grand et une semaine pour la petite. Il y a eu un peu de centre aéré, des journées chez les copains et des copains à la maison. Une visite de l’aquarium (c’est un peu notre solution de repli pour les journées pluvieuses et l’idée de sortie qui ne demande pas trop d’investissement de la part des parents-fainéants que nous sommes). Il y a eu des enfants malades, surtout une et ça traîne sur le mois de mai. Un garçon qui s’est remis à boiter et puis ça lui est passé.

Il y a eu plusieurs tours de foire avec le garçon. « L’événement » d’avril à Nancy.

Et de mon côté, il y a eu un peu de boulot quand même ! Depuis 2 mois, j’ai un nouveau client (ma sœur m’a dit « quand tu dis ça, ça fait p*** ») qui, même s’il n’a pas encore pris l’habitude de me contacter aussi régulièrement que je le voudrais, fonctionne d’une façon qui me plaît bien : une bonne grosse commande d’un coup sur une période plus que raisonnable (génial avec les enfants) tout en étant très rentable. J’espère que les choses évolueront dans le bon sens avec eux.

Il y a aussi eu un petit séjour de 2 jours à Lyon chez mon ami JD où j’ai mangé la meilleure tarte de ma vie.

Et avec M. I on est allés voir The Events à la Manu à Nancy. Mes parents, ma sœur et ma marraine, mon pote de lycée (pour ne citer qu’eux) étaient sur scène au côté de Romane Bohringer, c’était fou ! Et puis, bon, on avait eu l’occasion de papoter avec elle le mercredi après-midi quand Axel et moi sommes allés jouer les reporters-photo à la répétition (Axel avait mon téléphone et son truc en ce moment, c’est de filmer, ça dure 4 secondes, je vous mets une de ses mini-vidéos, sa signature, c’est les doigts à gauche de l’image).

Bon et puis j’ai aussi pas mal avancé dans mon challenge des films oscarisés, je vous en reparle vite. Et j’ai aussi beaucoup bidouillé avec un crochet et avec mes 10 doigts.

20170421_170110

20170421_15290920170421_15581720170503_100134

Blabla

And the Oscar goes to…

andtheoscargoesto_407fde97c7241796c905831aff900a8e

En ce moment, j’évite de regarder la télé pour regarder la télé (oui, je fais ça : quand je déjeune, ou le soir quand je suis crevée et que j’ai juste envie de faire la loque). J’ai la fâcheuse tendance à regarder de la m…, de zapper pendant de longues minutes pour finalement m’arrêter sur du flan ou quelque chose que j’ai déjà vu.

Nous avons Canal + à la maison et je suis souvent en train de râler que « Canal, c’est vraiment un truc de mecs » (foot et films de guerre en ce moment en replay – réflexion clairement sexiste, je sais, je ne vois pas pourquoi un film de guerre ne pourrait pas plaire à une fille). Bref, je râle, mais au final, je ne tente pas le coup. Donc j’ai décidé de laisser leur chance à certains films et jusque-là, je n’ai pas été déçue, je termine d’ailleurs La Vache. Rien ne m’interpellait dans ce film et pourtant j’ai bien fait de le regarder, j’ai beaucoup ri et c’est aussi très émouvant. Et la semaine dernière, j’ai réussi à caser The Revenant. Oui, a priori, c’est un film que je n’avais pas du tout envie de voir et j’ai bien sûr adoré ! Le première scène de combat est démente et la scène de l’ours, complètement folle.

Bon et donc je me lance un challenge sur l’année : regarder les films qui ont remporté l’Oscar du Meilleur Film depuis mon année de naissance, donc 1980, ce qui nous fait donc un total de 38 films sur les 40 semaines restantes. Bon, par contre, ceux qui me connaissent savent que je ne télécharge pas et que le streaming n’est pas vraiment mon truc. Mais j’arriverai bien à les trouver en VOD ou à la télé.

Bien sûr, j’ai déjà vu certains de ces films et j’avoue que me retaper Titanic ne m’enchante guère. Mais j’ai hâte d’en voir certains autres. Affaire à suivre !

La liste des 38 films se trouve sous les affiches des films. Et vous, vous les avez vus ? Vous les avez aimés ?

crédit photo : imdb.com

  • 1980 : Kramer contre Kramer 
  • 1981 : Des gens comme les autres 
  • 1982 : Les Chariots de feu 
  • 1983 : Gandhi
  • 1984 : Tendres Passions 
  • 1985 : Amadeus
  • 1986 : Out of Africa 
  • 1987 : Platoon
  • 1988 : Le Dernier Empereur
  • 1989 : Rain Man ✔
  • 1990 : Miss Daisy et son chauffeur ✔
  • 1991 : Danse avec les loups 
  • 1992 : Le Silence des agneaux ✔
  • 1993 : Impitoyable 
  • 1994 : La Liste de Schindler ✔
  • 1995 : Forrest Gump ✔
  • 1996 : Braveheart ✔
  • 1997 : Le Patient anglais ✔
  • 1998 : Titanic ✔
  • 1999 : Shakespeare in Love 
  • 2000 : American Beauty 
  • 2001 : Gladiator 
  • 2002 : Un homme d’exception
  • 2003 : Chicago 
  • 2004 : Le Seigneur des anneaux : Le Retour du roi 
  • 2005 : Million Dollar Baby 
  • 2006 : Collision 
  • 2007 : Les Infiltrés 
  • 2008 : No Country for Old Men
  • 2009 : Slumdog Millionaire
  • 2010 : Démineurs 
  • 2011 : Le Discours d’un roi ✔
  • 2012 : The Artist ✔ 
  •  2013 : Argo
  • 2014 : Twelve Years a Slave 
  • 2015 : Birdman 
  • 2016 : Spotlight 
  • 2017 : Moonlight